Il entra par la …

Il entra par la grande porte des mines avec ses huit compagnons et les sept femmes sous un tonnerre d’applaudissements, les maris des femmes et leurs enfants criaient de joie, mais celui qui attirait tous les regards étaient Goldwyn Beard, le chef de l’expédition.

Ce nain possédait les traits du visage très grossiers et vieillis par les combats, la faim et la fatigue. Il avait une très longue barbe qui lui arrivait jusqu’aux chevilles et des cheveux longs, bruns, broussailleux et très épais, tout comme ses sourcils. C’était une personne très souriante, très joyeuse, parfois râleur. Il portait des vêtements en cuir et de nombreux bijoux en or. Il travaillait dans une mine d’or et de pierres précieuses, comme quasiment tous les nains de son royaume, qui se situait dans les montagnes du Nord et ils vivaient dans les galeries de la montagne, comme tous les autres nains. Mais il était connu sur tout le continent pour ses talents de guerrier, car il avait participé à la Grande Guerre, qui avait ravagé toutes les terres du Sud et de l’Est, et à seulement vingt ans, avait mené tout son peuple à la victoire. En plus d’être le meilleur stratège du continent, il maniait excellemment bien la hache et toute sorte d’arme lourde.

Il revenait ce matin-là d’un long périple, dont il était parti deux ans et demi plus tôt avec neuf de ses compagnons nains pour délivrer sept femmes, dont sa sœur, qui avaient été capturées par un royaume nain rival, situé au Sud-Est du continent. Ils furent aidés par quatre braves hommes, mais une nuit, dans les Montagnes Rocheuses, ils furent attaqués par une meute de loups enragés, et un nain et deux hommes y perdirent la vie.

Mais l’exploit qu’ils accomplirent au Royaume des nains du Sud traversa tout le continent et le peuple nain de Goldwyn les accueillis comme des héros. Les exploits de ce nain étaient racontés dans toutes les tavernes, toutes les auberges, toutes les places de village, tous les logis, et malgré sa petite taille, qui était moquée chez les grandes personnes, il était craint et admiré par tous les peuples.

Arthur